top of page

L'imagerie médicale au service du dépistage du cancer

L'imagerie médicale a connu une évolution fulgurante au cours des dernières décennies, ce qui a permis de révolutionner le diagnostic et le traitement du cancer.


En effet, les nouvelles technologies n'ont cessé de se succéder, révolutionnant à chaque fois l'imagerie médicale au service de la détection des cancers. Voici les dates importantes de ces innovations technologiques :


  • Début du XXème siècle : les rayons X, première technique d'imagerie médicale, permettent de visualiser les os et les tissus mous, contribuant à la détection précoce des tumeurs.

  • Années 1970 : la tomodensitométrie (TDM) ou scanner offre des images en coupes transversales du corps, révolutionnant la précision du diagnostic.

  • Années 1980 : l'imagerie par résonance magnétique (IRM) exploite les propriétés magnétiques des tissus pour obtenir des images détaillées des tissus mous et des structures nerveuses.

  • Années 1990 : la tomographie par émission de positons (TEP) permet de visualiser l'activité métabolique des tumeurs, ouvrant la voie à un diagnostic précoce et à un suivi précis du traitement.


Aujourd'hui, l'Intelligence Artificielle (IA) s'intègre de plus en plus aux techniques d'imagerie, ce qui permet d’améliorer l'analyse des images et la détection précoce des cancers.


Cette évolution des techniques d'imagerie médicale a permis des progrès majeurs dans la lutte contre le cancer, en augmentant la précision du diagnostic, la stadification et le suivi du traitement.



Voici principaux examens d’imagerie médicale permettant le dépistage des principaux cancers

La radiographie :


La radiographie joue un rôle initial important dans le domaine du cancer. Une radiographie utilise des rayons X pour créer une image des os et des tissus mous du corps. Les rayons X sont utilisés pour diagnostiquer de nombreux types de cancers comme le cancer du poumon et le cancer des os, avec l'évaluation des os et des articulations pour identifier des tumeurs osseuses primaires ou des métastases osseuses provenant d'un cancer d'un autre organe. De même, la radiographie permet le

suivi de certains cancers du poumon. On peut par exemple surveiller la taille d'un nodule pulmonaire au fil du temps.



 

La mammographie :


Pour le cancer du sein il s’agira de la mammographie qui permet une détection initiale de tumeurs suspectes en révélant des anomalies dans les os et les tissus mous, pouvant suggérer la présence d'une tumeur.


Dans le cadre de la prévention du cancer du sein, un plan national a été mis en place de façon à inciter toutes les femmes de plus de 50 ans à réaliser au moins une mammographie tous les 2 ans. Ce plan est essentiel afin de détecter les cancers du sein de façon plus précoce, permettant ainsi d'améliorer les chances de guérison.




 

L'échographie :


Cette technologie utilise des ondes sonores pour visualiser les organes internes et les tissus mous. Elle est utilisée pour diagnostiquer de nombreux types de cancer, comme par exemple le cancer du sein, le cancer de la prostate et le cancer de l'ovaire. Dans le cadre du diagnostic et du suivi du cancer elle permet de :

  • Détecter des tumeurs : elle peut identifier des tumeurs dans divers organes, comme le sein, la prostate, le foie, les reins et les ovaires.

  • Déterminer la taille et la forme d'une tumeur, ce qui peut aider à déterminer son stade et son agressivité.

  • Évaluer l'étendue du cancer : elle peut déceler si le cancer s'est propagé aux tissus adjacents ou aux ganglions lymphatiques.

  • Guider des biopsies : elle peut être utilisée pour guider une aiguille lors d'une biopsie, afin de prélever un échantillon de tissu tumoral pour analyse.

  • Suivre l'efficacité du traitement en surveillant l'évolution d'une tumeur au fil du temps et évaluer l'efficacité du traitement.



 

La Tomodensitométrie, ou TDM, dit scanner :


La tomodensitométrie, également appelée TDM ou scanner, est une technique d'imagerie médicale utilisant des rayons X pour obtenir des images en coupes transversales du corps. La TDM est utilisée pour diagnostiquer de nombreux types de cancer, notamment le cancer du poumon, le cancer du foie et le cancer du côlon.


Cette technologie joue un rôle important dans le diagnostic, la stadification et le suivi du cancer pour :

  • Détecter des tumeurs dans différentes parties du corps, y compris les os, les muscles, les organes internes et les tissus mous.

  • Déterminer la taille et la forme d'une tumeur avec précision, ce qui peut aider à déterminer son stade et son agressivité.

  • Évaluer l'étendue du cancer et déceler si le cancer s'est propagé aux tissus adjacents, aux ganglions lymphatiques ou à d'autres organes (métastases).

  • Guider des biopsies afin de prélever un échantillon de tissu tumoral pour analyse.

  • Planifier la radiothérapie et la chirurgie avec des images précises qui permettent aux médecins de planifier la radiothérapie et la chirurgie avec précision.

  • Suivre l'efficacité du traitement pour surveiller l'évolution d'une tumeur au fil du temps.



 

IRM : L'imagerie par résonance magnétique


L'IRM utilise des champs magnétiques et des ondes radio pour créer des images détaillées de l'intérieur du corps. L'IRM est utilisée pour diagnostiquer de nombreux types de cancer, notamment le cancer du cerveau, le cancer de la colonne vertébrale et le cancer des tissus mous. Cela nécessite pour certains examens l’injection d’un produit de contraste. Le gadolinium est un produit de contraste qui permet d’améliorer la visibilité de certains tissus et anomalies. Lors d'un IRM, on injecte du gadolinium dans le corps du patient, et ce dernier est attiré par les tissus qui ont une vascularisation plus importante, ce qui est un facteur courant des tumeurs cancéreuses. Le gadolinium apparait alors plus brillant sur les images IRM, ce qui permet au radiologue de mieux distinguer les tissus cancéreux des tissus sains.


L’IRM offre plusieurs avantages par rapport à d'autres techniques d'imagerie :

  • Une meilleure visualisation des tissus mous pour examiner des zones comme le cerveau, la moelle épinière, les muscles et les organes internes.

  • Un contraste élevé entre les tissus sains et cancéreux. L'IRM peut différencier les tissus sains des tissus cancéreux grâce à des différences de caractéristiques physiques. Cela permet une détection plus précise des tumeurs, même de petite taille.

  • Une évaluation de l'étendue du cancer. L'IRM peut fournir des informations détaillées sur la taille, la forme et l'emplacement de la tumeur, ainsi que sur sa propagation aux tissus adjacents ou aux ganglions lymphatiques.

  • Pour le suivi du traitement et suivre l'évolution d'une tumeur au fil du temps et évaluer l'efficacité du traitement.



 

Le TEP Scan ou PET Scan


TEP signifie Tomographie par Émission de Positons, et PET Scan est l'appellation anglaise courante. En France, on utilise plus fréquemment le terme TEP. Les deux désignent le même examen d'imagerie médicale. Les TEP scans sont utilisés pour diagnostiquer de nombreux types de cancer, notamment le cancer du poumon, le cancer du sein et le cancer du mélanome. Cet examen utilise un traceur radioactif pour créer des images de l'activité métabolique du corps. Le produit de contraste le plus utilisé pour un TEP scan du cancer du sein est le 18F-FDG, ou fluorodésoxyglucose. C'est un analogue du glucose radioactif qui est injecté dans le corps du patient. Les cellules cancéreuses, qui ont un métabolisme plus élevé que les cellules normales, captent davantage de 18F-FDG. Il apparait alors plus brillant sur les images TEP, ce qui permet au radiologue de détecter les tumeurs cancéreuses lorsqu’elles peuvent être trop petites pour être détectées par d’autres examens d’imagerie.


Cet examen permet de déterminer le stade du cancer (localisé, régional ou distant) en révèlant si le cancer s’est propagé. Cette information est cruciale pour planifier le traitement le plus approprié. Les TEP scans peuvent être utilisés pour surveiller l'efficacité d'un traitement contre le cancer. Si les cellules cancéreuses répondent au traitement, l'absorption du FDG devrait diminuer au fil du temps. À l'inverse, une absorption stable ou croissante peut indiquer que le traitement doit être ajusté. Après un traitement contre le cancer, les TEP scans peuvent être utilisés pour rechercher des signes de récidive du cancer. Il est important de noter qu'un TEP scan n'est pas la première ligne d'investigation pour le cancer. Les autres tests d'imagerie comme les mammographies, les radiographies, les échographies ou les tomodensitométries sont utilisés en premier lieu.




Précisions sur les lieux de vos examens à Nîmes en fonction des technologies

Pour les examens de radiologie, mammographie, échographie, nous vous invitons à prendre contact avec les centres d'imagerie médicale de ANIM :


Pour les examens de Scanner et IRM, vous pouvez contacter la société NEMOSCAN, à travers laquelle les médecins radiologues de ANIM exercent.


Enfin, pour un TEP Scan à Nîmes, vous pouvez contacter la société Scintigard.







ความคิดเห็น


bottom of page